Marie Quantier

Connexion

Vérifiez votre e-mail
Mot de passe incorrect
Comment ça marche
some_text some_text some_text some_text

Marie Quantier est une application web et mobile qui permet d'investir sur les marchés financiers en maîtrisant précisément la prise de risque et en aidant à identifier les opportunités.

1/ Vous définissez votre budget de risque en vous aidant d'un questionnaire. Ce budget correspond à votre tolérance au risque, seuil au délà duquel vous risquez de prendre des décisions non rationnelles. Vous investissez ensuite de manière à ce que la baisse maximale de votre portefeuille dans les pires scénarios de krach ne dépasse jamais ce budget. Vous pouvez en revanche prendre plus ou moins de risque à l'intérieur de ce budget pour saisir des opportunités d'investissement et réaliser une performance plus importante.

2/ Vous disposez de recommandations mais vous pouvez ajuster votre portefeuille, y compris de manière importante. La seule chose que vous ne pouvez pas modifier, c'est le calcul de la baisse maximale de votre portefeuille. Ce calcul est lié à la météo des marchés. Par exemple, en fonction de votre opinion, vous pouvez personnaliser entre les différents secteurs d'activité (luxe, pétrole, automobile, aéronautique, etc.). Lorsque vous modifiez votre portefeuille en construction, vous visualisez en temps réel l'évolution de votre budget de risque. Vous pouvez ajuster avec précision. L'interface est simple d'utilisation.

3/ Lorsque la météo des marchés change, le risque de baisse maximale évolue. C'est pourquoi, à chaque changement de météo, vous recevez une notification avec une nouvelle recommandation. Vous pouvez décider de la suivre ou non, tant que vous restez à l'intérieur de votre budget de risque. En moyenne, la météo évolue 3 ou 4 fois par an. Pour autant, lorsque de nombreux évènements politiques ou géopolitiques interviennent, le nombre de rebalancement peut augmenter. Nous n'avons jamais eu plus de 6 changements en une année. Vous recevez aussi des notifications pour vous aider lors de vos entrées sur le marché.


Ajustez votre portefeuille en fonction de l'évolution de la météo des marchés

Un proverbe danois affirme qu'il n'y a pas de mauvais temps, que de mauvais vêtements. Répartir ses investissements en fonction de l'évolution des conditions économiques et financières permet de contrôler la prise de risque.

Lorsque l'économie se porte bien, les flux se dirigent vers les actions. Lorsque la situation économique et financière se détériore, les flux se dirigent vers les obligations. Dans la météo Marie Quantier, cela se traduit par la météo "Expansion" (Actions), la météo "Panique" (Obligations d'États) et les météos transitoires "Euphorie" et "Récupération" (Obligations d'entreprises).

Pour un fonds comme Bridgewater, les conditions de l'économie dépendent du niveau de la croissance économique et du niveau de l'inflation. Pour améliorer cette météo des marchés, nous évaluons d'une part si l'économie mondiale s'améliore (ou se détériore) et si les actions mondiales sont surévaluées (sous-évaluées).

some_text
panique
récupération
expansion
euphorie

Comment la météo des marchés est-elle déterminée ?

La météo des marchés est déterminé par l'agrégation puis l'analyse en temps réel de toutes les données économiques et financières qui paraissent. A partir de ces données publiées par des entités économiques officielles comme l'INSEE ou la FED par exemple et des cours publiés par les bourses mondiales, nous réalisons un diagnostic automatisé de l'économie mondiale et déterminons la sur ou sous valorisation des actions mondiales.

Évolution des indicateurs de 1999 à aujourd'hui

Des centaines de milliers de données économiques et financières sont collectées en continu par des robots ou directement en connexion avec les marchés financiers. Ces données sont rangées dans une base de données massive. Des procédures de robustification entre alors en jeu de manière à vérifier la cohérence des données et éliminer les données aberrantes. Une fois rangées et nettoyées, les données sont analysées puis transformées par des procédés classiques d'analyse économique propre aux départements de recherche de banque en une centaine d'indicateurs. Ces indicateurs sont regroupés en pôles en fonction de leur nature. Chaque pôle est composé de deux dimensions : taux d'intérêt et taux de change, hausse et baisse des actions, croissance et inflation (on retrouve ici la logique d'analyse de Bridgewater), cupidité et peur et, enfin, tendance et volatilité. A chaque indicateur est ensuite attribuée une note qui correspond à un signal allant de détérioration à amélioration. C'est à partir du diganostic de l'ensemble des notes de ces indicateurs qu'est effectué le diagnostic de l'économie. Ici, les méthodes d'analyse sont connues depuis longtemps. La nouveauté consiste à faire ces analyses de manière systématique et automatisée.

Vous avez ici en vidéo un extrait de ce qui est disponible dans MiniBloom, outil dans lequel nous stockons toutes ces données.


Tous les indicateurs économiques et financiers sont synthétisés et représentés par des petites bulles. Ces indicateurs sont rangés en fonction de ce qu'ils disent sur l'économie : amélioration ou détérioration. Les bulles bleues correspondent aux indicateurs "fondamentaux", les oranges à des indicateurs de "sentiment". Toute l'information économique et financière importante pour l'investissement est disponible. En guise d'exemple et pour vous aider à comprendre, vous pouvez suivre les 3 bulles qui ont leur nom affiché.


L'économie mondiale se détériore
L'économie mondiale s'améliore

Évolution de la valeur des actions de 1999 à aujourd'hui

Pour déterminer si les actions mondiales sont sur ou sous évaluées, nous utilisons une méthode appelé P/E ajusté des facteurs macro-économiques. La difficulté du P/E "brut" est qu'il ne permet pas de différencier la "cherté" d'une action lorsque l'économie est en forte croissance ou en récession par exemple. Typiquement, lorsque la croissance économique est forte alors une entreprise a plus de facilité à augenter ses bénéfices. De ce fait, pour un même ratio P/E, lorsque la croissance est forte, l'action est relativement moins chère que lorsque l'économie est en récession. Le raisonnement est proche lorsque l'on prend en considération le niveau des taux d'intérêt. Pour un même ratio P/E, une action est relativement plus chère si les taux d'intérêt sont élevés. Tous ces phénomènes sont connus, c'est pourquoi nous avons automatisé le traitement de ces facteurs en ajustant les ratio P/E des facteurs macro-économiques : croissance, taux d'intérêt et le niveau de risque de crédit.

Pour savoir si les actions sont sur évaluées ou sous évaluées, nous mettons en perspective leur prix avec un ensemble de facteurs financiers. Une grande partie des opérateurs de marché regarde la valorisation des actions à partir du P/E. C'est le rapport entre le prix de l'entreprise (P = "Price") et son niveau de bénéfices (E = "Earnings"). C'est pourquoi l'essentiel de la valorisation des actions repose sur le niveau des résultats des entreprises. EPS = "Earnings Per Share".

Les limites de cette approche reposent d'une part sur l'absence de prise en compte de la croissance économique. En effet, il est moins risqué d'investir dans une entreprise qui opère dans un pays avec une forte croissance économique, car même en ne gagnant pas de part de marché, son bénéfice va augmenter avec la croissance économique. D'autre part, il faut aussi prendre en compte le niveau des taux d'intérêt. Tout d'abord parce qu'il est moins risqué d'investir dans une entreprise lorsque celle-ci peut emprunter à moindre frais pour investir. Mais aussi et surtout parce que cela nous donne une indication de l'intérêt relatif des actions par rapport aux obligations.


Actions sur-évaluées Actions sous-évaluées

Météo et gestion du risque

La météo des marchés résume l'état de l'économie et les conditions sur les marchés financiers qui, ensemble, définissent les grandes tendances.

Sur une longue période, il existe un mécanisme connu des gérants de "hedge funds" que l'on peut qualifier d'effet de balancier ou de vases communiquants entre les actions et les prêts aux États (les obligations souveraines). Pour illustrer ce phénomène sur lequel nous nous appuyons pour réduire votre prise de risque en fonction de la "météo des marchés", nous avons graphé les ETF actions (SPY) en bleu et les ETF obligations d'États (TLT) en orange.

panique         euphorie récupération expansion
panique euphorie récupération expansion

L'objectif de la météo des marchés est d'identifier (ici les zones de couleurs : jaune, bleu, rouge et rose) les périodes pendant lesquelles la relation entre les actions et les obligation est mécanique. Ainsi, il est possible de bâtir des portefeuilles robustes en terme de gestion des risques.


Efficacité en terme de gestion des risques

L'essentiel de la destruction de richesse intervient lorsque la baisse de notre portefeuille dépasse notre tolérance à la peine financière et que nous vendons, paniqué et traumatisé, au pire moment. Pour être performant, il faut donc non seulement se connaître soi-même mais surtout être capable de calculer la prise de risque de notre portefeuille.

C'est pourquoi nous estimons la baisse maximale du portefeuille en simulant des centaines de millier de scénarios à partir de comportement passés incorparant les pires krachs enregistrés et en sélectionnant les pires scénarios. Cette méthodologie permet d'estimer la baisse maximale qui pourrait subir votre portefeuille dans les pires scénarios possibles mais crédibles.

Pour être précis, nous utilisons la simulation numérique pour calculer le 97,5 ème percentile des baisses dans les pires scénarios de baisse. C'est-à-dire le Conditional DrawDown (CDD) à 97,5% conditionné par les régimes de marché avec des méthodes de Monte Carlo et des séries historiques. Calculer le CDD permet d'estimer la baisse maximale possible, appelée Maximum Drawdown (MDD). Le CDD est l'estimation du MDD à partir de scénarios extrêmement défavorables de manière à envisager le pire.

Cette méthodologie est extrêmement efficace. Aucun client de Marie Quantier n'a jamais dépassé son budget de risque grâce à cette méthodologie. De plus, notre savoir-faire unique en calcul intensif, entretenu par notre équipe de Ph.D en maths et en physique, nous permet de calculer les CDD avec une précision remarquable et avec une rapidité inégalée dans l'industrie. Nos calculs intensifs distribués sont tellement optimisés que nous sommes maintenant capables de vous en donner les résultats en temps réel sur votre smart phone avec une fluidité exceptionnelle.

panique
récupération
expansion
euphorie
Portefeuille avec 60% actions et 40% obligations d'état

Nous travaillons avec l'Institut du Calcul et de la Simulation (ICS) de l'Université Pierre et Marie Curie (UPMC) dans le cadre de l'initiative HPC-PME pour développer une technologie unique basée sur les super-calculateurs (High Performance Computing). Cette technologie vous donne accès à un outil unique pour évaluer le potentiel de baisse d'un investissement sur des portefeuilles personnalisables et dont les résultats sont disponibles sur ordinateurs portables, tablettes et mobiles.


Les versements réguliers augmentent la performance

Réduction des frais et lissage du risque d'entrée sur le marché

Investissement initial
Veuillez saisir un nombre SVP
Versement mensuel
Veuillez saisir un nombre SVP
Demo Marie Quantier
DEMO arrow_drop_down_circle